Les Comores reçoivent le prix Thomas Jensen pour la transition énergétique

La Plate-forme pour l'investissement climatique (Climate Investment Platform) va assister les Comores à évaluer la demande et consommation énergétique de bâtiments administratifs et religieux du pays


Malgré un taux d'électrification qui est l'un des plus élevés d'Afrique, l'Union des Comores connait une situation énergétique particulièrement difficile. La forte dépendance du pays aux énergies fossiles ainsi qu’un réseau électrique national vétuste entravent le développement socio-économique du pays, qui fait déjà face à de nombreuses fragilités. Dans les principales villes et la capitale Moroni, les coupures de courant sont récurrentes et peuvent durer plusieurs heures.


Mais plusieurs solutions pourraient permettre au pays d’améliorer sa situation énergétique. La mise en place de mini-réseaux électriques décentralisés.. Les bâtiments administratifs, qui ont une consommation d'énergie importante, pourraient être en partie alimenté en électricité par des toitures abritant des panneaux solaires. Et avec près de 98% de la population qui est musulmane, les mosquées, centrales dans les pratiques communautaires, représentent aussi une part importante de la consommation électrique totale du pays.


« Les bâtiments publics représentent environ 15 % de la consommation énergétique nationale quotidienne du pays », a souligné Said Mohamed Nassur, directeur de l'énergie au sein du ministère comorien de l'Énergie, de l'Eau et des Hydrocarbures. « Promouvoir les énergies renouvelables permettra de réduire la facture énergétique du gouvernement tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre ».


L'assistance technique accordée aux Comores dans le cadre de l'appel à propositions de la Climate Investment Platform permettra à la Direction générale de l'énergie, des mines et de l'eau d’évaluer les besoins en auto-consommation énergétique. D'une durée de six mois, le projet « Administration verte et intelligente : Promouvoir l'autoproduction et la consommation des équipements publics (administration et grandes mosquées) aux Comores » évaluera la demande et la consommation d'énergie dans les bâtiments publics et religieux sur trois îles de Ngazidja, Anjouan et Mohéli. Le Ministère utilisera les résultats de l'étude de faisabilité pour mettre en œuvre l'autoconsommation individuelle et collective et, si possible, l'autoproduction sur tous les équipements publics de l'Union des Comores.


« La performance des administrations publiques est à la merci d'un approvisionnement électrique instable. La promotion des énergies propres contribuera non seulement à augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national, ce qui est un objectif du pays, mais également à stimuler la performance et l'efficacité du gouvernement. Le prix Thomas Jensen pour la transition énergétique de la Climate Investment Platform va permettre au pays de mettre en place des initiatives climatiques plus inclusives et mieux informées. Cela contribuera à promouvoir les économies d'énergie et des pratiques vertes qui pourront ensuite être reproduites dans d'autres espaces publics à travers le pays », a ajouté Fenella Frost, représentante du PNUD aux Comores.


Mohamed Oussein Dahalani, Imam de la Grande Mosquée de Moroni, a ajouté que les énergies propres pourront ainsi contribuer à la mission des grandes mosquées, qui soutiennent elles-mêmes des initiatives de développement durable pour améliorer le bien-être de la communauté et son environnement. Le manque de fiabilité actuel du réseau électrique et le coût élevé de l'électricité font de l’intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique une proposition très prometteuse. Le projet financé par le CIP contribuera également aux Contributions Déterminées au niveau National des Comores.


Anglais